1er août 1914, il y a 100 ans, la guerre

Le 1er août 1914, à 4 heures de l’après-midi, le tocsin sonnait dans tout le pays pour annoncer la mobilisation générale en France et ce même jour l’Allemagne déclarait officiellement la guerre à la Russie. On raconte que les paysans étaient dans les champs lorsqu’ils ont entendu les cloches… L’horrible Grande Guerre commençait, elle a duré quatre ans en faisant 8 millions de morts dans le monde. Le 2 août, l’ordre de mobilisation générale était placardé partout.Ordre de mobilisation générale - 2 août 1914

De nombreuses commémorations vont avoir lieu ces jours prochains.  Il ne reste plus aucun Poilu pour raconter et témoigner… Dans l’île, depuis déjà quelques mois, on se souvient que 400 jeunes Rétais y ont trouvé la mort. 

Après la guerre les 36 000 villages de France ont érigé un monument aux morts, sauf un seul qui n’a pas eu de morts au front. A l’époque, on a beaucoup produit ces édifices en usine, en série. Certains sont de véritables oeuvres car de grands artistes sculpteurs ont aussi été mis à contribution.

A la demande de l’équipe du Pays d’Art et d’Histoire de la Communauté de Communes, le photographe Yann Werdefroy a réalisé une série de prises de vues des monuments aux morts de notre île. Outre que ses photos sont magnifiques, elles m’ont permis de découvrir l’architecture de ces édifices, la mémoire patrimoniale, des détails, des noms… Je ne résiste pas à les partager avec vous. Merci pour m’avoir autorisée à les publier sur le blog.

Ars-en-Ré

La Couarde-sur-Mer

La Flotte

Le Bois-Plage

Les Portes-en-Ré

Loix

Rivedoux-Plage

Saint-Clément des Baleines

Saint-Martin de Ré. Le monument aux morts se situe sur la place de la République. En plus, dans le cimetière deux autres édifices existent : l’un a été érigé par la garnison pour les soldats français morts au combat, l’autre est en mémoire des soldats allemands.

Sainte-Marie de Ré

Le service Patrimoine de la Communauté de Comunes a donc mis au point une exposition intitulée « Gravé dans la pierre », destinée à tous publics. Elle a valeur historique et pédagogique, elle a été montée en collaboration avec le musée Ernest Cognacq. Quatre grands thèmes y sont abordés : la réalisation des monuments aux morts, comment ils ont été produits, la symbolique, et un focus sur ceux de Saint-Martin et de La Couarde pour lesquels il a été fait appel à des artistes Prix de Rome. J’ai appris beaucoup en lisant les panneaux de cette expo.

Elle est visible à la CDC jusqu’au 30 août. Ensuite elle sera présentée dans d’autres lieux de l’île de Ré. A la rentrée les scolaires vont d’ailleurs être sensibilisés. Un personnage nommé Lucien®, Poilu de la guerre, a même été créé par une jeune graphiste de la CDC. Il a été placé sur les panneaux à hauteur des yeux des enfants et leur explique en termes simples quelques notions sur le sujet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Demain matin 1er août, à Loix, le village va vivre à l’heure de la commémoration. L’Amicale loidaise des Anciens Combattants, présidée par le Général Maurice Lardet,  a préparé toute une série d’animations avec pour thème : « Sur les traces des Poilus », en partenariat avec la mairie et l’office de tourisme. « Il ne s’agit pas seulement de commémorer mais aussi de sensibiliser aux événements du passé, afin de faire mémoire  auprès de tous. Cette manifestation se veut familiale et modeste, à la mesure de nos moyens, et simple, à l’image du village de Loix » explique le Général.

Général Maurice Lardet, président de l'Amicale loidaise des Anciens Combattants
Général Maurice Lardet.

Sur la place de l’église, dès 10 heures, un grand jeu familial, gratuit, sera proposé, avec à la clé à gagner des boîtes de ration de combat, en version ludique bien sûr. Dans la salle des fêtes il sera possible de découvrir l’exposition de la CDC « Gravé dans la pierre » ainsi que des objets des collections personnelles des familles des Poilus.

Les commerçants ont été mis à contribution. Devant les devantures, des panneaux seront posés pour donner des informations sur la vie quotidienne pendant la guerre de 14-18 : le pain, le fromage, la poste, le vin, les enfants… La Place des Délices d’Erick Martineau va même confectionner un pain spécial, le pain du Poilu. Le bar-restaurant la Presqu’île proposera un repas à l’ancienne.

Moment solennel :  le tocsin sonnera à midi. Après une minute de silence, la chorale Ré-Sonnance conduite par Sophie Laze entonnera la Marseillaise et 100 ballons blancs bio-dégradables seront symboliquement lâchés dans le ciel en souvenir de ceux disparus. Puis de nouveau des chants de l’époque seront entonnés.

Le Général Lardet et son équipe auront aussi une pensée émue pour Michel Tardif, Loidais bien  connu dans le village, récemment élu secrétaire de l’association, qui s’est éteint mi-juillet. Il se faisait une joie de s’occuper de l’exposition.

 

De leur côté, André Diédrich et François Blanchard ont écrit un ouvrage de mémoire que je vous recommande : Ile de Ré, La Grande Guerre. Au dos du livre il est indiqué : « Il s’adresse aux familles et à tous ceux qui ont perdu un être cher durant ce conflit mondial. Il s’adresse aussi à ceux qui souhaitent connaître quelle fut la part prise par l’île de Ré pendant la Grande Guerre, depuis le réarmement de la fin du 19ème siècle, jusqu’en 1925 date de construction du dernier monument aux morts rétais, et 1927 date de la fermeture de l’orphelinat de la guerre à Saint-Martin de Ré ».

En 84 pages il compile des photos des familles, des cartes postales, des correspondances du front, des photos d’objets. Il donne aussi des informations sur les monuments aux morts de chaque commune, leurs dates de construction, les choix de leurs lieux d’édification, les sculpteurs qui ont taillé la pierre. Il constitue un énorme travail de recherches, c’est un ouvrage de référence, un ouvrage patrimonial, à s’offrir ou à offrir, pour que la mémoire ne s’efface jamais. Il permet d’imaginer ce qu’ont dû vivre les  Rétais au début du 20ème siècle, lorsque ils se sont retrouvés dans les tranchées de Verdun, loin de leur île, comme beaucoup d’autres jeunes soldats Français enrôlés.

En parallèle, au musée Ernest Cognacq à Saint-Martin de Ré, une exposition rend hommage aux Poilus. Allez la visiter, elle est pleine de simplicité et elle est très émouvante. On y découvre des témoignages prêtés par des Rétais : le paquetage du Poilu, des cartes postales anciennes, des lettres, des objets réalisés par les soldats dans les tranchées, des affiches d’époque, des exemplaires du Soldat Rétais édité uniquement pendant la période de la guerre. Cette exposition a été labellisée par la Mission nationale du Centenaire. Elle reste en place jusqu’au 31 décembre 2014.

 

Avec tous les conflits actuellement partout dans le monde, en Lybie, au Mali, en Irak, en Syrie, en Ukraine, en Centrafrique, au Nigéria, en Palestine, en Somalie, au Yemen, et bien d’autres encore malheureusement, sans compter les guérillas intestines, nous avons vraiment beaucoup de chance d’être épargnés à l’intérieur de notre pays.

Quelle horreur la guerre…, c’est pour cela qu’il faut s’en souvenir encore et encore.

 

 

Laisser un commentaire