1ère pierre aux Breuils, à Rivedoux

Lorsque nous apprenons que de nouveaux logements à loyers modérés vont être construits, cela ne peut que nous réjouir pour la vie permanente de l’île de Ré.

Le 4 novembre, une première pierre a été posée à Rivedoux, au lieu-dit les Breuils. Au cours du trimestre 2017, onze familles vont y emménager.Rivedoux, 1ère pierre aux Breuils - 4 novembre 2015Onze habitations individuelles vont donc être bâties sur une parcelle de 2450 m2. Le terrain se situe à proximité de la route départementale sud. Quand on arrive à Rivedoux par la route sud, le lieu-dit des Breuils est juste là, à gauche avant le virage de la route qui longe la mer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cinq logements de type T2, six logements de type T3 et deux logements de type T4 vont être construits selon la norme RT 2012. Jacques Ossola du cabinet Architem a conçu les plans. Chaque maison bénéficiera d’un jardin, d’une place de parking et d’un cellier extérieur.  Certaines ont un étage, et elles sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Le projet a reçu l’accord de l’Architecte des Bâtiments de France.

Selon la surface, de 55 à 70 m2, les loyers seront de l’ordre de 350 € à 500 €. Déjà la liste d’attente est importante a souligné le maire de Rivedoux, Patrice Rafffarin.

Certains appartements auront la vue sur les champs, avec au loin l’église de Sainte-Marie. Et d’autres pourront, de leur étage, apercevoir le Pertuis breton. Sympa !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le terrain était un no man’s land, en herbe, il n’avait pas d’accès. Il se composait de trois parcelles que la commune a acquises. Il a coûté 528 000 € (2 450 m2 X 216 € le m2), auquel s’ajoute sa viabilisation : 270 000 €.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Le maire a rappelé la genèse de ce projet : « Il y a plus de 15 ans le conseil municipal de Rivedoux a souhaité se lancer dans un programme de logements sociaux. Nous n’avions pas de réserve foncière et les terrains vacants étaient rares. Nous voulions réaliser plusieurs petits  programmes, de façon à veiller à l’intégration des logements dans le village même et aussi à la bonne intégration des locataires.

Une opportunité nous a été signalée en 2007-2008, c’était une dépense conséquente pour la commune. Puis nous avons choisi Habitat 17, bailleur social, avec lequel nous avions déjà construit 4 logements. Le projet de Jacques Ossola, architecte, nous a séduit : les logements sont tournés vers le sud, et ils respectent la topographie du site.

Après Xynthia, nous avons rencontré des difficultés pour faire aboutir les permis d’aménager et de construire. Il a fallu prévoir d’élever le plancher des maisons, ce qui a entraîné un surcoût de 32 000 €. Cela a été long pour obtenir les agréments de l’Etat. Puis réseaux et voirie ont été réalisés.

Avant de poser la première pierre, nous arrivons à 830 000 €. Cela correspond à 23 % de la dette de la commune. Par moment il est nécessaire d’augmenter un peu la dette, dès lors qu’elle nous engage pour la vie future permanente du village. Je remercie le conseil municipal de m’avoir accompagné dans ce choix ».

Patrice Raffarin marie de Rivedoux et Dominique Rabelle présidente de Habitat 17
Patrice Raffarin marie de Rivedoux et Dominique Rabelle présidente de Habitat 17. 

Dominique Rabelle, présidente de Habitat 17, et parallèlement conseillère départementale pour l’île d’Oléron, a remercié les partenaires financiers qui ont permis la construction : « Le coût moyen de chaque logement est d’environ 125 000 € HT. Tous financés grâce aux subventions du Conseil départemental de la Charente-Maritime, de l’Etat, de la Région Poitou-Charentes, des fonds propres Habitat 17, des prêts de la Caisse des Dépôts,  et du 1 % patronal ».

Elle a aussi annoncé que d’autres projets dans l’île sont à l’étude, en partenariat avec une coopérative HLM, pour la construction de logements avec accession à la propriété pour des primo-accédants.

P1020494Habitat 17 a recruté un gardien pour gérer les logements sur l’île de Ré. Depuis septembre 2014, Philippe Kingler va donc de lotissements en lotissements, du nord au sud, à l’écoute des locataires et de leurs  besoins. Il réside lui-même à Rivedoux. Une fois par semaine, les communes de Sainte Marie et d’Ars mettent une salle à sa disposition afin qu’il puisse assurer une permanence pour accueillir les locataires.

Au terme de dix années de négociations, la première pierre a été posée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lionel Quillet, vice-président du conseil départemental et président de la CDC a indiqué : « L’île de Ré compte 18 000 habitants. On dénombre 8 000 résidences permanentes et 13 000 résidences secondaires. 758 logements sont à loyers modérés. Actuellement 1600 Rétais habitent dans ces logements, soit 9 % des Rétais, un pourcentage raisonnable de personnes ainsi protégées. Habitat 17 est le 1er bailleur social de l’île de Ré. Prochainement de nouveaux logements sociaux vont ou sont en cours d’être édifiés : 63 à Saint Martin, 40 au Bois-Plage, 21 à Loix, 40 à Sainte Marie. A l’horizon 2017-2018 ce seront donc au total 1095 logements de ce type qui existeront ici. D’autres projets intercommunaux sont à l’étude à Saint-Clément, aux Portes et à La Couarde, mais ils sont liés au futur PPRL. A Rivedoux, au lieu-dit Le Château, il y a aussi un projet ».

Je vous propose de découvrir quelques images tournées ce jour-là :

Il est réel que trouver un logement à l’année à l’île de Ré relève de l’exploit, beaucoup de propriétaires préfèrant louer leurs maisons en saison touristique. Et quand, enfin on en trouve un, bien souvent le loyer est exorbitant. Malgré ces importantes quantités de constructions de logements sociaux, la demande demeure encore bien grande. 

Laisser un commentaire