Enrochements au Moulin Brûlé

Voici le 3ème épisode de la série des travaux engagés dans l’île de Ré, suite aux assauts de la houle de début janvier.

Le Moulin Brûlé est situé sur la commune de La Couarde-sur-mer, près de la digue du Boutillon, plus exactement sur sa partie gauche, juste derrière la route départementale qui traverse l’île de part en part. A cet endroit, la mer a aussi fait de gros dégâts dans le cordon dunaire. Les épis ont été contournés par les flots, la petite bande de gros cailloux a été tassée,

Des enrochements sur plus de 300 mètres ont débuté le 13 janvier.

Deux jours plus tard, le 15 janvier, je vais y faire un tour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme pour le chantier du Peu Ragot à La Couarde, le temps est compté. Dans la descente vers la plage du Moulin Brûlé (quel drôle de nom, pourquoi  ce nom, un moulin a t-il brûlé autrefois à cet endroit ?) il y a de la gadoue partout. Je ne vous raconte pas comment mes bottes sont crottées de boue, d’eau de mer et de sable ! Pour assurer les nombreuses rotations des camions, le chemin d’accès est renforcé avec des cailloux concassés de l’ancienne digue.

Pendant ce temps-là la mer est toujours aussi capricieuse, pour ne pas dire énervée.

25 janvier, samedi dernier.  Avec la pluie des derniers jours, la gadoue colle aux pieds, même si la météo a décidé de faire la paix.

Du côté de La Couarde-sur-mer, j’ai la ferme impression que ça s’active vraiment, entre le Peu Ragot et le Moulin Brûlé. A cet endroit, le devis des travaux d’enrochements s’élève à 200 000 €.

Une réflexion au sujet de « Enrochements au Moulin Brûlé »

  1. Après avoir réfléchi à ce problème d’assaut des dunes, pendant de nombreuses années d’observation, en connaissance de cette côte depuis on va dire 50 ans, digues , enrochements, d’accord, mais cette photo montre aussi la végétation de la dune, avec des pins, condamnés. La flore des dunes, son écosystème a sérieusement été détruit d’années en années et pas uniquement par l’eau salée. Il me semble important de penser aussi, à replanter des arbres, des plantes, qui existaient auparavant, et qui tenait la dune.Terre et racines sont plus fortes que pierres et sable contre l’eau.

    Après avoir réfléchi à ce problème d’assaut des dunes, pendant de nombreuses années d’observation, en connaissance de cette côte depuis on va dire 50 ans, digues , enrochements, d’accord, mais cette photo montre aussi la végétation de la dune, avec des pins, condamnés. La flore des dunes, son écosystème a sérieusement été détruits d’années en années et pas uniquement par l’eau salée. Il me semble important de penser aussi, à replanter des arbres, des plantes, qui existaient auparavant, et qui tenait la dune.Terre et racines sont plus fortes que pierres et sable contre l’eau.

Laisser un commentaire