L’histoire du crapaud de Sainte-Marie

Voici une histoire vraie. Elle est arrivée à un couple de Sainte-Marie de Ré. Quand la dame me l’a racontée, j’ai bien ri…

« Un matin, nous avons entendu un bruit bizarre dans la maison. Toute la journée il s’est répété. Mon mari et moi étions à cran. Nous avons cherché partout d’où il pouvait venir. Avec le temps doux de ces jours, les rainettes ont pris possession de notre jardin. Nous avons pensé qu’une d’entre elles était rentrée dans le salon, et se retrouvait coincée.

Mon fils qui passait par là est monté sur une chaise. Il a examiné les poutres de la maison. Rien …

Le bruit s’est poursuivi toute la semaine. Nous étions excédés.

J’ai fini par appelé Stéphane Maisonhaute de la LPO. Il nous a confirmé qu’avec la douceur de la météo, les rainettes pouvaient effectivement rentrer dans les maisons. Nous avons cherché de nouveau en compagnie d’amis. Dont une, accompagnée d’un chien-renifleur. On se mettait dans un coin, le bruit s’arrêtait et peu de temps après, ça recommençait !  Le chien n’a rien trouvé…

Nous commencions à accepter à ce bruit ambiant, mais à la fin de la journée, nous n’en pouvions plus…

Nous avons cherché partout de nouveau. Nous sommes allés dénicher une rainette dans le jardin. Nous l’avons mise dans une passoire, avec une assiette par dessus, pour éviter qu’elle ne saute. Nous voulions comparer son croassement à celle du bruit. Nous avons attendu qu’elle chante, mais non… De guerre lasse, deux jours plus tard, nous l’avons relâchée dans la nature. Pôv bête ! Elle a du être effrayée et ne pas comprendre ce que nous voulions d’elle.

En milieu de semaine, j’ai pris un chronomètre et j’ai constaté un sifflement toutes les 40 secondes.

J’ai appelé un ami, vétérinaire homéopathe en Bretagne, pour lui demander conseil. Le bruit ressemblait à celui du glissement d’une semelle de chaussure de sport sur un carrelage, comme un sifflet bref. C’est peut-être un crapaud siffleur, me dit-il ! Ah, voici un début de réponse. Enfin le mystère va être éclairci. Nous commencions à être sur la piste. Mais impossible de trouver la bête qui se cachait fort bien

Quelques jours plus tard, aux voeux de la maire de Sainte-Marie, Gisèle Vergnon, je rencontre Dominique Chevillon, responsable de Ré Nature Environnement. Un crapaud siffleur ! Il s’étonne, car ce genre de bestiole n’a jamais été vue à l’île de Ré. Une grande première, dit-il. Il me conseille d’enregistrer le son. Il nous envoie Christine Malbosc, fine connaisseuse elle aussi de l’environnement rétais, afin de procéder à un enregistrement.

Elle nous fait remarquer que le son ressemble à celui du crapaud, mais en plus métallique.

Intriguée, elle cherche, elle écoute, elle lève la tête : C’est votre alarme incendie !

La pile était morte. Le signal émetteur d’alerte s’était déclenché.

Pour se retrouver plus bête, il n’y a pas…. me dit la dame, avec humour et quelque peu dépitée »

Elle a souhaité partager cette incroyable histoire, pour ceux qui ne sont pas au courant qu’il faut changer régulièrement la pile de son détecteur de fumée. Et pour nous embrouiller un peu plus, il paraît que les alarmes de fin de pile ne sont pas toutes semblables !

Moralités de l’histoire :

Capture d’écran 2016-01-21 à 15.04.27Il n’y a toujours pas de crapaud siffleur à l’île de Ré. C’est dommage. Une telle découverte, unique et intéressante aurait fait l’objet de grande curiosité.

 

Capture d’écran 2016-01-21 à 14.58.44

A force de penser et de vivre environnement, comme c’est le cas dans l’île, ça finit par tourner à l’idée fixe. On voit des crapauds partout…

 

Capture d’écran 2016-01-21 à 15.07.10Les détecteurs de fumée fonctionnent à piles. Au bout d’un an, elles tombent en panne. Certains ont été vendus avec des piles valables pendant trois années. Pensez à vérifier le vôtre, comme a voulu le dire la dame de Sainte-Marie…

Détecteur de fumée

 

Une réflexion au sujet de « L’histoire du crapaud de Sainte-Marie »

Laisser un commentaire