MJB, du marais au camion-popotte

« Dix ans de marais, ça rend solide, le sentiment est indescriptible. Je pars vers une nouvelle aventure, forte du travail dans le marais et des rencontres avec la tribu des sauniers. Ils sont des collègues, mais avant tout des amis. Au jour du départ, je me rends compte que c’est comme une famille. Chacun a son caractère, chacun apporte son grain de sel, on discute, on échange, on n’est pas toujours d’accord, on prend l’avis de l’autre et petit à petit cela fait évoluer. C’est tout cela qui renforce » confie Michèle Jean-Bart (alias MJB), saunière de son état.

Michèle Jean-Bart, saunière

Le marais, ça se transmet. Transmission du savoir mais aussi transmission physique. A  Ars-en-Ré, Raymond et Suzanne Massé lui avaient confié leur marais alors qu’elle débutait dans le métier. Dix ans durant elle y a travaillé sans relâche et avec bonheur. Elle est la seule femme chef d’exploitation à la Coopérative des Sauniers de l’île de Ré. Après une formation à Guérande, elle avait décidé de se lancer. Son maître de stage à l’île de Ré a été Fernand Pajot, dont elle dit : « Il m’a tout appris, et même bien au delà des choses du marais. Souvent nous avons philosophé, et je l’appelle encore si j’ai un doute afin qu’il me donne des conseils ». 

Depuis deux ans, Michèle réfléchissait à son devenir. Une tendinite persistante dans l’épaule a fini de la convaincre de passer à autre chose. Mais quoi faire lorsqu’on a connu dix ans de bonheur dans le marais, de liberté, d’environnement privilégié, de face à soi ? A qui faire confiance pour que le marais de Michèle continue de vivre ? « J’ai réfléchi deux ans, et par heureux hasard, Cathy et Loïc, arrivés de Corrèze,  ont croisé mon chemin. C’était le bon moment pour arrêter sereine et envisager une nouvelle vie. Raymond et Suzanne ont accepté spontanément que je transmette leur marais, le lien s’est fait tout seul ».

 

 

Une aventure insolite l’attend dans le Maine-et-Loire. Pourquoi cette région ?. « Chaque fois que la question m’est posée, je réponds et pourquoi pas le Maine-et-Loire ? ». Toujours le hasard, mais y a t-il un hasard…, a poussé ses pas vers cette destination. « Il y a de l’eau qui bouge, La Loire, une vie permanente, c’est vert, le tourisme est équitable et tranquille, le vin y est bon, et les gens chaleureux et accueillants. En deux jours j’ai trouvé une petite maison à loyer honnête près de Chalonnes, à 3 kms du fleuve ».  

Michèle Jean-Bart, alias MJB
Michèle Jean-Bart, alias MJB. Son indispensable bob et ses lunettes de soleil.


Parallèlement, son projet professionnel se dessine. Michèle aime le bon manger, faire la cuisine et inventer des mariages de saveurs. « Depuis petite, j’ai toujours eu envie d’avoir une table d’hôtes. Mais je n’ai pas encore les moyens d’accéder à ce rêve, alors j’ai opté pour une solution intermédiaire, le camion-
popotte ». Façon de faire le lien entre ce qu’elle apprécie, la bonne bouffe, le contact humain, les produits locaux et sains. 

Le camion-popotte c’est un véhicule itinérant de village en village. Il proposera des plats comme à la maison, pour un prix modique. Le menu changera quotidiennement en fonction des achats du jour, de la saison et des opportunités. La cuisine sera intégralement à base de sel de l’île de Ré, cela va  de  soi.. , et clairement écrit sur le panneau !. « C’est le food-truck urbain en version paysan ». Cela implique une formation  en normes alimentaires qu’elle suivra cet hiver afin d’ être prête pour démarrer au printemps prochain.

Les copains du marais sont tristes de la voir partir. Au bout de toutes ces années, Michèle fait partie du paysage rétais. Ils lui souhaitent bien sûr de réussir. Mais si jamais son projet n’aboutissait pas dans le Maine-et-Loire, elle sait qu’elle sera accueillie à bras ouverts  avec un même camion-popotte pour les livraisons de bouvette dans le marais.

Une réflexion au sujet de « MJB, du marais au camion-popotte »

  1. Merci Michelle de ta merveilleuse présentation de ton métier et du marais à mes amis sous-mariniers le 1er juin dernier/ J’ai vu toute la passion qui t’anime. Je te souhaite beaucoup de réussite dans ta nouvelle aventure. Laisse nous tes coordonnées pour casser une croute quand on passera dans ton coin.

Laisser un commentaire