Eglise d’Ars-en-Ré, travaux, mystères et mécénat

Depuis un an et demi, l’église d’Ars-en-Ré est en travaux. Les extérieurs ont été restaurés de novembre 2016 à juin 2017. A la rentrée 2017, la restauration de la partie Nord a débuté. Depuis peu, on commence à distinguer les contours de ce que devrait être l’édifice intérieur.

Le chantier est colossal. Il fait appel à toutes sortes de corps de métiers, qui doivent se coordonner dans le temps et dans l’espace. Sans compter les surprises qui surviennent immanquablement, lorsqu’on s’attaque à un bâti vieux de neuf siècles.

Ars-en-Ré - Travaux église - 17 avril 2018
17 avril 2018.

Tout l’hiver, il y a eu des échafaudages partout. Une fois les vieux enduits piochés, les pierres des murs sont apparues à nu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Continuer la lecture de Eglise d’Ars-en-Ré, travaux, mystères et mécénat

Pelouses rivedousaises à papillon rare

A Rivedoux, au lieu-dit le Défend, il est une terre propice à l’azuré du serpolet, un joli papillon rare, une espèce protégée dans toute la France.

Rivedoux - Pelouse à papillon Azuré du serpolet - 13 mars 2018
13 mars 2018.

En 2014, l’inventaire du patrimoine naturel de l’île de Ré a révélé sa présence à l’île de Ré.

Azuré du serpolet - Photo CDC Ile de Ré
Photo : CDC Ile de Ré

Continuer la lecture de Pelouses rivedousaises à papillon rare

Un mois dans la brousse du Burkina Faso, à Arbollé

Maintenant je peux le dire, du 5 février au 5 mars, j’ai passé un mois avec l’association des Amis d’Arbollé, au Burkina Faso. Ceci explique mon long silence sur le blog. Burkina Faso - Arbollé - 13 février 2018

Une mission d’ONG n’est jamais une histoire anodine. Ça laisse des traces dans le coeur et dans la tête. Au retour, les images de l’expérience vécue sur le terrain vous hantent un long moment. Et pour autant, cette mission exploratoire s’est révélée des plus positives.

La dernière mission des Amis d’Arbollé remontait à 2014. Entre temps, le pays a connu des changements politiques majeurs. Revenir à Arbollé au bout de quatre années permet de renouer des contacts directs avec les amis, les connaissances, et avec les autorités coutumières et les nouvelles autorités communales.

Et aussi de constater des évolutions certaines. Même si un village de brousse, reste un village de brousse.

Burkina Faso - Arbollé - 13 février 2018
13 février 2018.

L’électricité à Arbollé est encore rare, seulement 10 % de la population y a accès. Les poteaux n’arrivent pas au seuil des maisons. Le téléphone portable est l’outil de communication de (presque) tous dans la brousse. Il faut faire preuve de débrouillardise pour aller recharger les appareils chez ceux qui ont la chance d’avoir l’électricité. Un énorme merci à eux ! Continuer la lecture de Un mois dans la brousse du Burkina Faso, à Arbollé

Poisson d’avril du chef Bernard Frigière

C’est la journée du poisson d’avril !

Bernard Frigière nous propose de réaliser un pavé de cabillaud, petits lardons, asperges. Cabillaud aux asperges - B. Frigière - 1er avril

Ingrédients pour 4 convives : 600 gr de cabillaud avec peau. Une poignée de gros sel de l’île de Ré. Asperges blanches : 8 grosses ou 24 petites + 16 asperges vertes. 200 gr lardons fumés. Une échalote. Cerfeuil. 5 cuillères à soupe de vin blanc. 25 cl de crème fraîche entière liquide. Beurre doux. Huile olive. Poivre.

Voici la recette en étapes : Continuer la lecture de Poisson d’avril du chef Bernard Frigière

Bienvenue à la chèvrerie de Paul Georgelet, à Loix

Paul Georgelet, ce nom vous dit peut-être quelque chose ? Ceux qui font leurs courses l’été sous la halle du marché d’Ars le connaissent, il propose des fromage de chèvres exceptionnels. Il y a aussi ceux, amateurs de ses spécialités, qui l’ont rencontré lorsqu’il a posé son premier banc à l’île de Ré, au marché de La Couarde en 1986.

Il y a six mois, Paul Georgelet a décidé de s’installer durablement à l’île de Ré. Il a racheté l’exploitation de la chèvrerie Lefort, à Loix. “ Bienvenue dans ma ferme ! ” dit-il d’un geste ample.Paul Georgelet - 25 janvier 2018

Les chèvres n’ont guère de secrets pour lui. Depuis 45 ans, il les côtoie dans son élevage à Villemain, dans les Deux-Sèvres. C’est là qu’il fabrique Mothais sur feuille, Chabichou du Poitou AOP, Rond de Lusignan, Tricorne et Tomme. Et aussi une de ses spécialités qui porte un nom évocateur, le 85 B, un fromage en forme de dôme, crémeux à l’intérieur. Continuer la lecture de Bienvenue à la chèvrerie de Paul Georgelet, à Loix

Population légale Insee Ile de Ré : 17 920 habitants

Chaque fin d’année, l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) publie les chiffres de population des circonscriptions. Ces chiffres sont dits population légale , ils ont valeur juridique et administrative. Le nombre qui entre en vigueur le 1er janvier 2018 est celui de la population légale 2015.

Il y a donc un décalage de trois années, entre la population réelle aujourd’hui et celle de 2015. Pour exemple, ce n’est qu’en 2021 que nous connaîtrons la population légale de 2018.

Au 1er janvier 2018, la population légale 2015 de l’île de Ré est de 17 920 habitants.

Ile de Ré - Population légale 2015 en vigueur au 1er janvier 2018

1/4 de la population vit au nord de l’île de Ré. 3/4 au sud.

4 532 habitants au nord, qui résident dans cinq villages, c’est environ 1 100 habitants de plus qu’à Sainte-Marie de Ré, le plus gros des villages de l’île.

L’île de Ré représente 2,7 % de la population de la Charente-Maritime. Ce n’est pas beaucoup…

L’évolution des populations légales depuis 2007 (entrée en vigueur en 2010) jusqu’aux chiffres récemment publiés 2015 (entrée en vigueur en 2018) est pour le moins intéressante.

Ile de Ré - Evolution des populations légales 2007-2015

L’île de Ré a perdu 282 habitants en neuf ans. Avec des disparités significatives : –  224 habitants au nord et – 58 habitants au sud.

En évolution négative, les plus écarts les plus importants sont à Saint-Martin de Ré (- 248), La Flotte ( -141), Saint-Clément des Baleines (- 97), La Couarde-sur-Mer (-57) et Les Portes-en-Ré (- 42).

En évolution positive, la palme revient à Sainte-Marie de Ré (+316) et à Rivedoux (+ 35), à une encablure de pont de La Rochelle. Ces deux villages font sensiblement remonter la moyenne du sud de l’île.

Pendant que l’île de Ré perd des habitants au fil des années, la Charente-Maritime en gagne 53 119. La vigueur du climat de l’Atlantique attire !

On ne peut que s’interroger sur ces écarts. La construction, en cours et à venir, de logements à loyers modérés par les communes rétaises et la Communauté de Communes,  devrait améliorer sensiblement les chiffres. Mais avant qu’ils ne soient matérialisés dans les statistiques, ce n’est pas pour tout de suite !

On sait que trouver une maison à louer à l’Ile de Ré relève quasiment du parcours du combattant, en particulier au nord, avec de surcroît des loyers plutôt prohibitifs. De plus, bien des propriétaires optent pour des locations saisonnières, qu’ils considèrent plus rentables. Quant à acheter un bien, les prix sont tellement élevés, que tout un chacun ne peut pas accéder à la propriété.

Pour mémoire, vous vous rappelez peut-être que l’Intercommunalité rétaise poursuit un objectif :  20 000 habitants à l’île de Ré à l’horizon 2030. Ce nombre devrait être inclus dans le futur PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal). 

Il est donc important de se faire recenser. Le recensement a lieu tous les cinq ans,  à tour de rôle dans chaque commune. Cette année, il a lieu a Ars et Les Portes.

La feuille remise dans les boîtes aux lettres explique bien à quoi sert le recensement. Il y est écrit : De ces chiffres découle la participation de l’Etat au budget des communes, plus une commune est peuplée, plus cette participation est importante.

Et par ailleurs : Il est rendu obligatoire par la loi, mais c’est avant tout un devoir civique.

Recensement 2018