Bravo à Thomas Mayeras Trio !

C’est cette  jeune formation qui vient de remporter le Tremplin des Jeunes talents organisé par Jazz au Phare. Le jury en a décidé ainsi parmi les trois qui se sont produits au rythme d’un groupe par jour, le matin, dans le Théâtre de Verdure, au pied du phare des Baleines à Saint-Clément. Thomas Mayeras Trio est un groupe régional, ils sont de La Rochelle et de Niort.

Thomas Mayeras TrioEn gagnants ils joueront l’année prochaine sur la grande scène de Jazz au Phare, en ouverture du festival et, dans la saison à La Maline à La Couarde, partenaire du festival. Ils bénéficient en plus d’une journée d’enregistrement au studio Alhambra Colbert à Rochefort. Leur avenir semble prometteur, puisque déjà par deux fois, ils ont été primés dans deux tremplins, à Lille dans le cadre de Pour le Jazz,  à Jazz 360 à Cénac. Au piano, Thomas Mayeras, à la batterie Germain Cornet, et à la contrebasse Julien Daude.

Pour participer au Tremplin, les musiciens devaient se plier à l’exercice de deux titres imposés,  Summer Time de Gershwin et La mer de Charles Trenet  et de deux morceaux originaux. 

Voici un petit aperçu musical des lauréats. Continuer la lecture de Bravo à Thomas Mayeras Trio !

Balades villageoises

Se promener le long de la mer à Saint-Clément des Baleines. Faire de belles balades avec d’un coté la mer sauvage et de l’autre côté la Conche des Baleines, à chaque fois, c’est une surprise.

Saint-Clément - Pas de Zanuck - 26 juillet

Le long de la digue jusqu’aux Doreaux, la perspective est vraiment agréable. 800 mètres. En fin d’année dernière,  je m’étais aventurée sur le chemin. Il y avait de la boue partout qui collait bien aux bottes. En décembre, une grande marée était passée par dessus ce qu’il reste de la digue depuis Xynthia, la mer avait encore une fois ravagé le coin. Au printemps, le chemin a été remblayé par l’équipe communale, avec tout ce qui avait été emporté dans les bas-côtés. Il a été surhaussé et compacté. Un apport de calcaire, et la promenade fait maintenant deux mètres de largeur. Je m’y suis baladée il y a quelques jours, par une matinée bien douce. Entre hiver et été, le paysage n’est plus le même…

Le sentier est plutôt bien nommé. Sur les panneaux est indiqué « Le sentier du vent et des vagues« . Continuer la lecture de Balades villageoises

Aurélie et Chantal, croqueuses de pommes

Le soir avant de s’endormir, quoi de meilleur qu’entendre lire une belle histoire avec de beaux dessins ?

Aurélie Courcier saunière, et Chantal Rémy graphiste, viennent d’en créer une, de toutes pièces. Elle fait l’objet d’un livre intitulé La croqueuse de pommes. Depuis un an ce projet tenait au coeur de ces deux Rétaises, qui vivent à l’année à Ars-en-Ré.La croqueuse de pommes

Les deux jeunes femmes sont très heureuses de tenir en mains leur premier livre, et affirment que « finalement un an, c’est rapide pour le voir aboutir« . L’aventure a en effet duré d’un printemps au printemps suivant. Un jour, Aurélie est venue voir Chantal dans son atelier, un texte à la main. « Voici ce que j’ai écrit, est-ce que ça t’inspire? ». Leurs deux styles ont tout de suite collé. L’aventure ne faisait que commencer. Pendant une année, elles ont travaillé ensemble et cherché un éditeur.  Continuer la lecture de Aurélie et Chantal, croqueuses de pommes

Audrey et les Faces B, une nature

Je suis allée au concert que Audrey et les Faces B ont donné à La Maline, à la Couarde, il y a quinze jours. J’avais loupé leur prestation lors du Festival Jazz au Phare, à Saint-Clément des Baleines, l’été dernier. Il m’avait été rapporté que j’avais manqué quelque chose. C’est vrai… D’autant que le groupe a été le gagnant du Tremplin de ce festival. Je me suis donc rattrapée le 7 juin. Une sacrée nature que cette chanteuse entourée de musiciens, une présence sur scène étonnante, et une voix hors normes, « une voix juste à tomber par terre » comme l’a dit Catherine Wojcik, directrice de la Maline, en lançant le concert.

P1120891

Dès le premier morceau, elle démarre en trombe, le charme opère instantanément, l’énergie est débordante.

La suite n’est pas mal non plus. Les mots qui viennent à l’esprit : générosité, humour, contact, facétie. Continuer la lecture de Audrey et les Faces B, une nature

Les sauniers bichonnent le marais salant

Un dicton rétais affirme : « Sel de mai n’enrichit pas le saunier ». Cela signifie que si la saison de sel commence trop tôt, elle n’ira pas beaucoup plus loin. Mais le saunier n’y peut rien, il dépend du bon vouloir du vent et du soleil.

Cette année, les premières récoltes de sel n’ont pas été tirées en mai. Avec les pluies les marais salants rétais sont restés un bon moment sous l’eau. De ce fait, les sauniers ont eu le temps de bien les préparer. A Saint-Clément des Baleines, la semaine dernière encore, Guy et Valérie, ont continué à peaufiner le marais qu’ils exploitent, Le marais de Valentin comme ils l’appellent. Entre deux averses…P1110661

Le marais salant est un endroit à part. Quand j’y vais, j’ai l’impression d’être en apesanteur. Marcher pieds nus sur l’argile craquelé, entendre les cris des oiseaux et le frôlement des herbes aux vents, découvrir et redécouvrir les nuances de couleurs, est un vrai bonheur. 

Et avoir le privilège de partager ce moment avec des passionnés et des perfectionnistes en est Continuer la lecture de Les sauniers bichonnent le marais salant

9 heures de bug chez Orange

Ne plus pouvoir  téléphoner, ni sur le fixe, ni sur le mobile, ne plus avoir de connection internet, ne plus pouvoir utiliser sa carte bleue et même retirer de l’argent aux distributeurs bancaires, et nous voilà drôlement embêtés…

Avant-hier, vendredi, dans le canton nord de l’île de Ré, nous avons été nombreux à avoir été touchés par un gros gros bug. Il a duré 9 heures ! L’antenne relais d’Orange, située à Ars-en-Ré, qui dessert les quatre communes du canton nord est tombée en panne. Tout ce qui touchait à l’opérateur Orange, était en rade… Par contre, du côté de SFR et de Bouygues, ça marchait correctement, et heureusement car ainsi le contact  pouvait encore se faire.

9 h du matin, plus d’internet. Le premier geste consiste à débrancher et à rebrancher la box. A la troisième tentative infructueuse, je me dis qu’il y a un problème. Je contacte l’opérateur, le mien c’est Free. Un ticket incident est ouvert, car l’authentification de la box ne se fait plus, elle tourne dans le vide. Flûte, comment vais-je pouvoir travailler aujourd’hui ? Prendre mon mal en patience, en attendant que ça se rétablisse. Combien de temps cela va t-il durer ? Un certain temps…. un temps indéfini… Je me résous à utiliser mon téléphone portable, le mien est SFR,  en WIFI pour envoyer un article sur le blog.

Vers 10 heures, j’apprends qu’à la supérette d’Ars-en-Ré, les cartes bleues ne passent plus et qu’il y a bouchons aux caisses. Seuls ceux qui ont du liquide et un chéquier peuvent faire leurs emplettes. Eh oui, les cartes bleues sont connectées par ligne téléphonique. Alors on laisse sur la caisse ce qu’on ne peut pas payer faute de liquidités, puisqu’on ne peut pas retirer de l’argent car les distributeurs sont bloqués. Les clients fouillent leurs fonds de poches pour y trouver quelques pièces. 

Egoïstement, me voilà soulagée. Ouf, cela ne vient pas de mon installation !

Vers 11 heures, j’apprends que Ars-en-Ré n’est pas la seule commune touchée. Oh, le problème doit être plus grave que je ne le soupçonnais. A Loix, à Saint-Clément, aux Portes, c’est pareil partout. 

Au moment du déjeuner, embarras chez les restaurateurs. Pas possible de payer en carte bleue. Les maisons ne font pas crédit, d’autant que personne n’est informé du temps que cette fichue panne va durer.

En fin d’après-midi, dans les super-marchés la situation se rétablit progressivement, selon les villages. Les cartes bleues re-fonctionnent. Mais toujours ni internet, ni téléphone chez Orange et chez les opérateurs liés à  cette société.

Quand à 19h30, un petit « ding » sur les portables se met à sonner. Le téléphone est revenu ! On respire. 

Moralité de l’histoire :

– Mettre tous ses oeufs dans le même panier, contrairement à ce que les opérateurs aimeraient bien que nous fassions, n’est sans doute pas une bonne idée. Avoir des lignes différentes, peut s’avérer utile. Ne dépendre que d’un seul opérateur est un vrai asservissement.

– Avoir sur soi un bon vieux chéquier, ça peut dépanner.

 Comment vivions nous « avant », sans internet, sans portable, et sans toutes ces commodités quotidiennes ?

Ce que je n’ai pas encore appris, c’est pourquoi et comment ce bug est arrivé ?