Mettre de la couleur au jardin

Bouton de camélia au jardin

Depuis une semaine les premiers prémices du printemps sont là. Après tous ces jours de pluie, qui ressemblaient à un tunnel sans fin, enfin les sourires reviennent. « Bonne journée dans notre ciel de lumière retrouvé! » souhaite d’ailleurs gentiment un Rétais.

Les premiers rayons du soleil que nous n’avons pas vus depuis un bon bout de temps, me donnent vraiment envie de couleurs et de petites plantes qui vont transformer et égayer mon jardin. J’ai bien quelques jacinthes qui poussent d’année en année, quelques jonquilles qui ont du mal à sortir leur nez, une petite anémone qui s’ouvre, quelques taches de bleu et de rouge ici et là, mais j’ai envie de plus de couleurs, et surtout que mon jardin se réveille et qu’il soit moins triste.

Planter sans risque en extérieur, même si un petit coup de gel tardif accompagné de vent nous arrive pour quelques jours, en cette fin d’hiver, est-ce possible ?

Dans la serre de Myriam et Frédéric Moa, paysagistes-pépiniéristes à Ars, on trouve pléthore de fleurs en pots, au rythme des saisons, de la plante d’intérieur à la plante à massifs. Leurs indications de plantations m’ont donné

Continuer la lecture de Mettre de la couleur au jardin

La pomme de terre rétaise, c’est parti !

Depuis quelques jours, les bâches blanches fleurissent un peu partout dans les champs :
la pomme de terre est plantée. Avec la pluie qui est tombée quasiment sans discontinuer depuis octobre, les agriculteurs ont dû être patients. Dans 60 à 90 jours, nous pourrons enfin déguster ce tubercule sucré qui réjouit nos palais. Mais là encore, la météo aura le dernier mot.

Premiers jours plantation pommes de terre

Arabesques dans le ciel rétais

Depuis quinze jours, les étourneaux-sansonnets sont au rendez-vous à la tombée du jour, pile au moment entre chien et loup. Ils se posent sur les fils électriques, ou à la cime des pins parasol. On dirait qu’ils se sont refilés un bon tuyau d’une bonne adresse de rassemblement. Ils arrivent de partout et de nulle part. C’est impressionnant.

Quelques riverains tapent dans leurs mains pour les chasser. D’autres les observent un peu interloqués. En tout cas, le phénomène est spectaculaire et intéressant à découvrir. J’en suis bouche bée… Le bruit que l’on entend n’est ni celui du vent, ni celui des vagues de la mer au loin, juste celui du froissement de leurs ailes.

Dortoir d’étourneaux sansonnets

Il y a deux jours, j’ai été alertée par un riverain du quartier de Grignon à Ars. Tous les soirs, des milliers d’étourneaux sansonnets envahissent le ciel, en formant des arabesques.

Ils arrivent entre 17h45 et 18h30 à la tombée du jour, par bandes successives, de tous les coins. Certains se posent dans les pins parasols, d’autres sur les fils électriques. Une fois rassemblés, ils virevoltent au-dessus des maisons et de la forêt de la Combe à l’Eau, où vraisemblablement ils ont trouvé un endroit douillet et confortable pour faire leur litière nocturne.

« Le phénomène est grandiose. C’est la première année que je le remarque dans notre quartier. Généralement ces oiseaux vont se réfugier pour la nuit, dans des roselières ou autres végéations à l’écart des habitations », s’émerveille ce riverain qui m’a confié ses photos.

Dortoir d'étourneaux sansonnets

Du coup, j’ai interrogé la LPO. Hervé Roques les a déjà repérés fin janvier. Il explique qu’il n’en avait Continuer la lecture de Dortoir d’étourneaux sansonnets

Pyrénées J – 4

Trente jeunes de 12 à 17 ans, de tous les villages de l’île, partent à la neige dimanche prochain. Pas de grasse matinée ce jour-là, le départ a lieu de bonne heure. Destination, La Pierre Saint-Martin, dans les Pyrénées. Ils ne vont pas être déçus, il y a énormément de neige !

Pyrénées J - 3
La station est située à 1650 m d’altitude, les pistes montent jusqu’à 2150 m

Pour la troisième année, un séjour est mis en place par la CDC, il s’intègre dans le Projet Educatif Local. Avant de partir, les ados ont été consultés sur leurs envies afin de les impliquer dans l’organisation de leur semaine de vacances.

Des nouveautés cette année. En plus des activités de glisse, ski et surf, les animateurs ont prévu de leur faire découvrir la montagne, de jour comme de nuit, à pied, en raquette, en luge ou en VTT.  « Nous n’avons pas choisi la  facilité, nous partons en gestion libre dans un gite. La vie quotidienne, les délires de soirées, les galères de Continuer la lecture de Pyrénées J – 4

9 mètres de brèche à Mouffet

Il y a un peu plus d’une semaine, un vent de nord-est et une houle bien saccadée ont été particulièrement féroces. L’écluse à poissons, en bas du Phare des Baleines, a subi de plein fouet les assauts de la nature déchaînée. Mouffet (prononcez Mouffette) à souffert.Brèche à Mouffet

9 mètres de brèche ! et pas seulement en crête de mur. Du haut en bas, les pierres sont tombées à l’intérieur de l’écluse.  Au fond,  les claies, les couis comme on dit pour désigner les pièges à poissons, étaient toutes bouchées, deux étaient cassées. Tout était par terre. « Il y a du boulot. Il faut déjà arrêter la brèche » ont été les premiers constats. Il a fallu parer au plus pressé, pendant deux jours, les pierres éparpillées ont été rassemblées au pied de l’écluse. 

Il faut dire qu’une pierre qui se détache dans une écluse,  c’est comme les dominos, le reste Continuer la lecture de 9 mètres de brèche à Mouffet