Napoléon III, partition à quatre mains

Cet été un livre a retenu mon attention : « 1870, l’Année terrible », un livre écrit à quatre mains par Catherine Salez et Jean-Jacques Vergnaud. Vous connaissez sans doute les auteurs, ils habitent à Rivedoux à l’année. Catherine réalise des interviews pour la radio Soleil de Ré. Elle a également à son actif deux romans, écrits en solo. Jean-Jacques est auteur de pièces de théâtre, il est aussi artiste peintre. Ce livre est un roman historique, très documenté sur l’empereur Napoléon III.

Les auteurs ont cherché à réhabiliter à la fois le chef d’Etat et l’homme.

 

En complément du livre, j’ai assisté à leur conférence à la Médiathèque de Sainte-Marie de Ré. « Napoléon III est l’homme qui a fait la France moderne. Le second Empire fut  une époque tout à fait remarquable, qui eût à sa tête un homme tout aussi remarquable. Pourtant l’homme demeure encore mal connu et mal aimé des Français. Quelle injustice ! Tout ça parce que Louis-Napoléon n’avait pas le culte de la personnalité comme son oncle Napoléon 1er. Il n’a pas su écrire sa légende, il n’y a pas de mythe Napoléon III. De plus c’était un piètre stratège et il n’aimait pas la guerre » expliquent les deux auteurs.

Continuer la lecture de Napoléon III, partition à quatre mains

Basket, championnes départementales

Vous vous en souvenez peut-être, le 5 février, j’avais posté sur le blog Le haka des basketteuses, le cri de guerre des Seniors filles de l’Entente Ars-Sainte-Marie. Il a dû leur porter chance.

Le 11 mai, jour du match des finales à Marennes, elles ont confirmé leur titre de Championnes départementales. En poule, elles avaient terminé à la seconde place. En poule finale, elles ont gagné les cinq premiers matchs, elles ne pouvaient ainsi plus être rattrapées.

L’équipe de compose de quinze filles. Pendant les matchs elles sont dix. Elles tournent suivant leurs disponibilités, entre le travail, les enfants, les engagements de certaines à la caserne de pompiers d’Ars-en-Ré, les blessures….Les championnes départementales de basket.

Sur la photo, il manque cinq joueuses, absentes lors de la fête de fin de saison du vendredi 7 juin. Elles entourent Karyne, leur entraîneur, et Zouzou leur coach. Continuer la lecture de Basket, championnes départementales

Fraises d’ici

J’adore les fraises quand elles sont cueillies fraîches, tout juste sorties du champ. Sinon je n’en mange pas. Les avoir à portée de bouche dans l’île de Ré, ça existe. 

A Sainte-Marie de Ré, j’ai eu la chance de découvrir  un joli endroit clos de mur où elles sont amoureusement choyées. En plus, un champ de fraises en fleurs, sous le soleil, c’est  agréable à l’oeil… Champs de fraises

La terre où poussent ces fraises n’avait pas été utilisée depuis au moins quarante ans. La culture se fait  sans engrais et sans pesticides, le terrain est désherbé à la main, Continuer la lecture de Fraises d’ici

Le basket, ça défoule !

Pendant une semaine, les jeunes de l’Entente basket (Ars, Saint-Clément, Sainte-Marie, Saint-Martin) ont participé au stage organisé dans la salle des sports d’Ars, pendant les vacances scolaires.

Stage de basket - avril 2013

Ce stage en est à sa 7ème édition. Les plus petits ont cinq ans, et ils se défendent déjà bien en basket, les plus grands ont dix-sept ans. Les 43 enfants participants ont l’air d’apprécier le sport, surtout quand il est pratiqué de façon ludique. Apparemment ils y sont accrocs, et ils en redemandent…

Cinq jours de sport, ça doit bien faire une trentaine d’heures pour la semaine. La base est le basket, au moins deux heures par jour. Mais ils ont aussi fait du hand, du foot, du kin-ball qui se joue avec un gros ballon, du volley, de la thèque qui est dérivée du base-ball, ceci afin de développer l’esprit d’équipe. Ils ont même eu droit à un parcours Koh-Lanta Continuer la lecture de Le basket, ça défoule !

Des hommes en blanc dans les champs

Avant-hier, mercredi matin, branle bas de combat. Au carrefour à l’entrée d’Ars, des hommes arnachés de combinaisons  blanches, portent des masques et interviennent dans un champ de pommes de terre. A cette période, où tout le monde se questionne à propos  de l’alimentation, l’émoi est évident. Les mots fusent : « Limite Tchernobyl, un complot, des martiens ont débarqué, des extra-terrestres, des masques à gaz comme pendant la guerre, ça fait flipper, Hiroshima a atterri chez nous, débilerie de l’être humain », et je passe les sifflements, cris ou quolibets des automobilistes…

Expériences sur l'éradiction du taupin

C’est vrai que c’est impressionnant, intriguant et pas vraiment discret à un tel carrefour où des voitures circulent en permanence ! J’ai été tirée par la manche par plusieurs personnes, et j’ai voulu en

Continuer la lecture de Des hommes en blanc dans les champs

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le homard

Fabienne, écogarde à la communauté de Communes,  raconte bien l’histoire du ré-ensemencement du homard dans l’île de Ré,  Elle est en quelque sorte la maman de l’idée du projet. Vendredi soir, elle m’a appris plein de choses sérieuses.

Fabienne, écogarde

Fabienne, écogarde

« Quand nous étions en surveillance de l’estran, les gens nous parlaient avec nostalgie du homard, de l’époque où ils en pêchaient encore  » se souvient-elle. Aussi simplement que cela, le homard s’est invité aux voeux de la CDC.

Ce crustacé sédentaire aime rester à l’endroit où on le pose. Il met quatre à cinq ans pour atteindre une belle taille, une taille d’adulte.  Il paraît que nous sommes  à l’heure de la mondialisation et  de la PMA. 2 500 homards, futurs Rétais, cherchent parrains et marraines. Ce sont des « homards gammarus », de la même caractéristique, de la même espèce,  que ceux que l’on trouvait jadis sur l’estran rétais. Quand ils arriveront sur l’île, ils mesureront quelques centimètres. En attendant, ils sont développés dans une écloserie anglaise, et plus précisément en Cornouailles.  Arrivés chez nous, ils seront mis en quarantaine dans une entreprise aquacole pour étudier s’ils sont en bonne santé.

Et après ? En juillet prochain, les bébés homards seront implantés par des plongeurs professionnels dans des zones quasi inaccessibles, des zones interdites de pêche aux crustacés depuis 1974, localisées par un GPS. Ces espaces rétais ont été pré-déterminés Continuer la lecture de Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le homard