Le marais rétais à la fête

Qui dit marais, dit huîtres, sel, moustiques, LPO, agneaux de pré-salés, pelleteuses de travail, poissons, crevettes, anguilles, herbes sauvages, balades bucoliques… et avant tout endroit préservé et unique. Marais rétais

Dimanche 22 septembre,  le marais était le roi de la fête organisée par l’AEMA (Association des Etangs et Marais). C’était  les 40 ans de cette association syndicale.  créée, le 12 juillet  1973, par une poignée de Rétais afin de défendre la propriété privée et l’exploitation des marais, sous la houlette de son président d’alors Jean Wagner.

Comme l’été indien avait décidé de s’installer, la fête a été bien sympa et bien belle. Ça se passait à Ars-en-Ré dans l’enceinte de la ferme d’application du Lycée maritime et aquacole de La Rochelle. Dans le programme concocté par les équipes de l’AEMA, il y en avait de quoi passer un bon moment, pour petits et grands, du festif mais aussi du sérieux.

Plusieurs partenaires avaient répondu présents :  la commune d’Ars-en-Ré, la Communauté de Communes, la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux), l’EID (Etablissement Interdépartemental pour la Démoustication du littoral atlantique), la Coopérative des Sauniers de l’île de Ré, les P’tits Vers du Fier et le Poney club du Phare de Saint-Clément des Baleines. Il avait été décidé, en amont de la fête que la recette des tours de poneys serait offerte à l’association Les Amis d’Arbollé

Pour ceux qui ont manqué la fête, voici un reportage en photos et en vidéos. Les enfants d’abord… les petits, mais aussi les grands enfants. Continuer la lecture de Le marais rétais à la fête

Louise, de Loix à Pékin

Louise Franchet, septembre 2013Quand Louise Franchet avait 14 ans, en 2010, elle me racontait que son rêve était d’apporter une banane à Roger Federer sur le court central de Roland Garros, pour lui donner du tonus ! Elle avait été alors sélectionnée pour être voltigeuse lors des Internationaux de France.  Elle a non seulement approché son idole, mais elle lui a apporté la serviette, les boissons et la nourriture.

Louise à Roland Garros, mai 2010En prime cette année là, en tête de file, elle a porté la coupe au gagnant, Raphaël Nadal. Puis en novembre,  elle a été acceptée comme ramasseuse de balles aux Masters de Bercy.

L’année suivante, Louise est devenue ramasseuse de balles officielle du tournoi de Roland Garros, au terme d’une semaine de tests physiques de résistance, d’endurance et de comportement. 15 ans est l’âge limite pour être ramasseur de balles, il est préférable de démarrer le plus tôt possible. Elle n’a jamais agit sur le court central, en tant que telle, ce qui lui donne quand même un petit pincement au coeur.  De nouveau, à Bercy, la même année, il a été fait appel à elle.  En parallèle elle poursuivait assidûment ses études à Poitiers, au lycée Camille Guérin.

A Loix, on l’a vu former les jeunes, Continuer la lecture de Louise, de Loix à Pékin

89 associations rétaises en fête

Le nombre d’associations dans l’île de Ré n’est pas connu, aucune liste exhaustive n’existe semble-t-il. Elles seraient entre 200 et 300, certaines actives d’autres en sommeil. Dimanche 8 septembre, c’était la Fête des associations. Elle se tient chaque année à la rentrée, alternativement  au nord ou au sud de l’île. Cette année, cela se passait dans le village artisanal de Loix. 89 associations ont présenté leurs activités, montrant bien la palette de ce qu’il est possible de faire sur l’île de Ré.

Non, l’hiver, on ne s’ennuie pas ici, contrairement à certaines idées reçues… 

Fête des associations - Loix - 9 septembre 2013

Le temps clément avait ramené plein de monde. Il faut dire que le programme était alléchant, cinquante ateliers d’initiation étaient proposés tout au long de la journée. Les enfants ont été particulièrement gâtés. Une belle journée, où l’on pouvait discuter, jouer, se restaurer, découvrir des sports, s’inscrire à des activités puisque la rentrée est le moment des bonnes résolutions, devenir adhérent, acheter des petits cadeaux… Continuer la lecture de 89 associations rétaises en fête

Damien à l’école des jockeys

L’hiver dernier, je vous avais déjà raconté l’histoire de Damien Morin, 15 ans, qui avait intégré à la rentrée 2012 l’AFASEC, la plus grande et la plus fameuse école française des métiers de courses hippiques, à Chantilly. Au terme de sa première année, et à quelques jours de la rentrée, il se dit vraiment heureux.Damien Morin - août 2013

Comment s’organise la scolarité ? Damien est en alternance, tantôt à l’école, tantôt chez un entraîneur de chevaux de courses. Quand on entre dans cette école, chaque élève se voit attribuer un « patron ». Pour lui cela a été l’écurie de  Monsieur Carlos Laffon-Parias. « J’ai eu beaucoup de chance. Il est un des plus grands entraîneurs de France. Cette année son écurie a gagné le Qatar-Prix de l’Arc de Triomphe. Il a de très bons chevaux et il donne la chance aux jeunes. Ça se passe super bien, il semble content de moi. Je montre que j’ai envie de réussir et je donne le meilleur » explique Damien.

Comment se passe une journée pendant la semaine d’écurie ? Le matin, lever à 5 heures, la navette passe à 5h30 pour emmener les jeunes sur place. Un tableau indique la liste des chevaux qui seront montés, soit par les élèves, soit par les salariés de l’écurie. En moyenne 90 chevaux de propriétaires sont accueillis dans l’écurie, tous des pur-sangs. Continuer la lecture de Damien à l’école des jockeys

Kevin, artiste de pierres

La semaine dernière l’histoire se racontait déjà :  « C’est magnifique, quelqu’un a construit un chateau de pierres avec des voûtes, sur la plage au pied du petit phare des Baleines ». Et puis il y a quelques jours, des amis m’ont montré des photos prises dans ce château fabriqué avec les gros galets plats roulés par la mer. Sur place, le montage  est vraiment sidérant et plutôt magique.

 

Mais qui est derrière cela ? Un jeune homme tout simplement, Kevin, 16 ans. « J’aime bâtir, style ruines » dit-il.  Bâtir est son passe-temps pendant ses vacances à l’île de Ré.  Depuis dix ans, chaque été il y passe dix jours avec ses parents.  A l’âge de 6 ans, il a commencé à construire des murs, des statues, des tours, des édifices de pierres, sur cette même plage. Il affirme faire cela pour le plaisir. « Je n’aime pas me baigner, alors toute la journée je bâtis.. C’est quand même mieux que de brûler des voitures… »Continuer la lecture de Kevin, artiste de pierres

Caméra au poing

Pendant une semaine, les jeunes du Studio, se sont transformés en apprentis réalisateurs de films.  

Harmonie, animatrice et référente du projet, a fait venir des professeurs de l’association de télé participative, MOTV (pour Marennes Oléron TV). L’objectif :  apprendre les premières bases du métier à un groupe d’ados, motivés par le sujet : reportage, tournage, cadrage et montage.

Formation web-documentaire

Ainsi Adèle, Chloé, Elea, Erwan, Laura, Lino et Milena ont bénéficié d’une formation en accéléré. Continuer la lecture de Caméra au poing