Pont de l’île de Ré. En février 2019, un câble tout neuf

Le 13 septembre 2018, l’information tombait : « Un câble de précontrainte du pont de l’île de Ré a rompu ».

Le chantier de réparation va débuter début décembre. Si tout se déroule bien, fin janvier-début février 2019, le remplacement du câble devrait être acté. Deux petits mois…Pont de l'île de Ré - 21 novembre 2018

La gestion et l’entretien du pont sont assurés par le Conseil départemental. Depuis deux mois tout est mis en oeuvre pour que cette réparation soit la plus rapide possible. Cela peut paraître long à certains, mais il a fallu passer par un certain nombre d’étapes : constater, diagnostiquer, analyser et lancer dans l’urgence un appel d’offres auprès de trois entreprises spécialisées : Eiffage, Bouygues (qui a construit le pont) et Vinci. 

L’entreprise Freyssinet,  filiale de Vinci, a été choisie. Sur Wikipedia vous pouvez d’ailleurs lire qu’Eugène Freyssinet a été l’inventeur de la précontrainte. Pont de l'île de Ré - 21 novembre 2018

Lionel Quillet, 1er vice-président du Département et Pierre-Marie Audoin-Dubreuil, Directeur Adjoint des Services du Département, ont tenu une conférence de presse lundi 19 novembre, pour préciser la nature du chantier et son déroulement.

Conférence presse Département - 19 novembre 2018
Pierre-Marie Audoin-Dubreuil et Lionel Quillet – Photo : (©E. Legas / Le Phare de Ré).

On sait désormais pourquoi un câble a rompu. Normalement les torons du câble sont emprisonnés dans une gaine, dans laquelle du ciment est injecté, afin d’être protégés de la corrosion et de l’air. Mais là, en tête d’ancrage du câble, des traces de polyuréthane ont été décelées. Pourquoi ce matériau a t-il été utilisé ? Une défectuosité qui, trente ans après la construction du pont, ne s’explique pas. « C’est vraiment pas de chance… » assure Lionel Quillet. 

La première phase du chantier va durer trois semaines. 

Remplacer un câble à l’intérieur du pont relève des grandes manoeuvres. Quotidiennement, deux équipes vont se relayer afin que le délai de préparation du chantier soit le plus court possible. « En deux fois 8 heures, pendant la journée » précise Pierre-Marie Audoin-Dubreuil. 

Il convient avant tout de sécuriser les techniciens qui vont intervenir. Une cage-tunnel métallique sera construite « à l’avancement », depuis le viaduc n°1 du pont, côté île de Ré, jusqu’au viaduc n° 2, là où le câble a cédé.

Les équipes vont cheminer à l’intérieur, tout en construisant la cage. En gros, ce tunnel mesurera 800 mètres. Ainsi le personnel va pouvoir oeuvrer, tout en étant prémuni d’une éventuelle autre rupture de câble. Le risque est faible, mais cela peut arriver. « Une précaution absolue et incontournable » souligne Lionel Quillet.

J’ai hâte de découvrir cette cage-tunnel, unique en son genre…

Dans les viaducs 1 et 2, là où il y aura du personnel présent à l’intérieur du pont, les câbles vont être attachés les uns aux autres, pour réduire la portée au cas où un deuxième romprait. Il y en a une cinquantaine. En parallèle, ces mêmes câbles seront équipés de capteurs sonores, et leurs têtes d’ancrage sondées par ultra-sons, à l’affut du moindre grésillement suspect. 

Préparation, installation de la sécurisation, cela nous emmène jusqu’à Noël. 

Après les Fêtes, ce sera la deuxième phase du chantier. Celle du dégagement de l’ancien câble et de son remplacement.

Avez-vous une idée du poids du câble ? Il mesure 220 mètres, un mètre pèse 35 kg, ça fait donc 7,7 tonnes ! Le nouveau câble sera livré en torons, assemblés sur place, à l’intérieur du pont.

Depuis trente ans, la technologie a évolué. Une nouvelle génération de câble est utilisée. Le nouveau câble ne sera pas donc pas tout à fait semblable à celui qui a rompu. Il sera composé de 15 torons indépendants. Au lieu de 19 torons d’un seul tenant, noyés dans le ciment comme ceux qui étaient utilisés il y a trente ans. Chaque toron du nouveau câble baigne dans la graisse, dans une gaine individuelle. Et par-dessus, une autre gaine de couverture, dans laquelle du ciment sera injecté pour protéger l’ensemble.

Le nouveau câble est plus souple. Il  sera tendu à 400 tonnes, ainsi qu’ils le sont tous, mais au besoin il peut être re-tendu. Voire des sections de torons changées, au cas où.

Pont de l'île de Ré - 21 novembre 2018

L’acheminement du matériel va se faire manuellement, car la porte d’accès aux entrailles du pont est étroite. Imaginez le nombre d’allers et retours que les équipes de Freyssinet vont devoir accomplir, à dos d’hommes ! 

La base de vie du chantier sera installée à Sablanceaux, au plus près de l’endroit où le câble a rompu. 

La circulation sur le pont ne sera pas pour autant interrompue, ni alternée. Les mesures prises restent en vigueur : vitesse limitée à 50 km/h, interdiction de circulation pour les camions dont le poids est supérieur à 38 tonnes, interdiction de s’arrêter sur le pont en particulier sur la pile n° 2, respect d’une inter-distance de plus de 200 mètres pour les véhicules pesant plus de 3,5 tonnes.  

« Une telle rupture de câble n’a pas d’incidence pour l’usager du pont. Ces mesures, en particulier les marges de sécurité, de poids, d’espacement et de vitesse, ont été prises pour éviter les vibrations » affirme Pierre-Marie Audoin-Dubreuil.

En outre, tous les jours, une surveillance est assurée par les agents du Département, d’un bout à l’autre du pont. Tous les câbles, y compris ceux des viaducs 1 et 2, sont inspectés.  Il y en a 236 au total. RAS pour le moment. A pied, cela fait une belle longueur chaque jour à parcourir, avec de nombreux escaliers en fer à monter et à descendre. Là aussi, le principe de précaution s’impose pour le personnel. Il est envisagé d’utiliser un drone à l’intérieur du pont pour effectuer ces vérifications. Mais pour le moment, cette hypothèse est encore à l’étude. 

Tout cela à un coût : 2 millions € au total. Le prix du câble lui-même ne représente qu’une petite part : 200 000 €. Dans cette histoire, ce qui est onéreux c’est la mise en oeuvre, la réalisation de la cage de sécurisation des équipes, l’acheminement manuel du matériel et les capteurs sonores…

Rassurons-nous, nos impôts n’augmenteront pas. Ces travaux sont financés par l’écotaxe perçue à chaque passage de pont. Chaque année une réserve de 6 millions € est affectée à la gestion et à l’entretien du pont, dont une ligne budgétaire est intitulée « Redevance pour services rendus ».Pont de l'île de Ré - 21 novembre 2018

Une rumeur alarmiste a circulé ces dernières semaines. Non, un deuxième câble n’a pas rompu. Il n’y en a bien qu’un seul, fort heureusement ! Et pour répondre à de nombreuses interrogations, une fois le câble réparé, la vitesse sur le pont sera rétablie à 80 km/h. 

 

Laisser un commentaire