Xynthia, il y a 3 ans…

Comment ne pas se souvenir de la nuit du 28 février 2010 ? Comment oublier le désarroi communautaire de la population, lorsque à 3 heures du matin le vimer a encerclé l’île et envahi bien des villages ?

Ceux qui l’ont vécu en direct ont des tas d’histoires à raconter, elles ressurgissent dès le sujet évoqué. Pourtant celui qui arrive sur l’île de Ré pour la première fois aujourd’hui peut ne pas s’en rendre compte. La végétation a repoussé, les levées ont été consolidées dans l’urgence, des travaux de reconstruction de digues s’annoncent.

Cependant il reste des traces, et il y aura encore pour longtemps un « avant » et « après » Xynthia. Que ce soit dans les coeurs, dans les comportements humains au quotidien, dans les décisions politiques, ou dans les composantes du sol encore rempli de sel.

Un livre d’images témoigne de ce moment inouï.Xynthia 3 ans après

François Blanchard, photographe professionnel, a passé les jours qui ont suivi Xynthia à mitrailler les lieux inondés. Pour « l’île meurtrie », il a voulu « faire quelque chose ».

Réaliser un livre n’a pas été simple. Il a sollicité des photographes amateurs qui lui ont confié leurs clichés.  Des artistes  ont été contactés, ils ont Continuer la lecture de Xynthia, il y a 3 ans…

9 mètres de brèche à Mouffet

Il y a un peu plus d’une semaine, un vent de nord-est et une houle bien saccadée ont été particulièrement féroces. L’écluse à poissons, en bas du Phare des Baleines, a subi de plein fouet les assauts de la nature déchaînée. Mouffet (prononcez Mouffette) à souffert.Brèche à Mouffet

9 mètres de brèche ! et pas seulement en crête de mur. Du haut en bas, les pierres sont tombées à l’intérieur de l’écluse.  Au fond,  les claies, les couis comme on dit pour désigner les pièges à poissons, étaient toutes bouchées, deux étaient cassées. Tout était par terre. « Il y a du boulot. Il faut déjà arrêter la brèche » ont été les premiers constats. Il a fallu parer au plus pressé, pendant deux jours, les pierres éparpillées ont été rassemblées au pied de l’écluse. 

Il faut dire qu’une pierre qui se détache dans une écluse,  c’est comme les dominos, le reste Continuer la lecture de 9 mètres de brèche à Mouffet

Gorbeuilles, manoques et bazennes

L’osier est en pleine maturité, c’est le moment de s’attaquer à la réalisation de paniers.

Le mardi soir, l’ancienne salle de gymnastique d’Ars, se transforme en atelier. Ceux qui savent déjà, apprennent aux néophytes. Les armatures sont faites à partir de branches de tamaris, du « tamarin » comme on dit. Le tressage se fait à partir de brins d’osier, un matériau bien vivant.

Tamarin, et osiers en trois couleurs
Tamarin, et osiers en trois couleurs, rouge, jaune et vert

P1060149Autrefois l’osier poussait partout. Aujourd’hui, il est assez difficile d’en trouver. Mais il suffit de planter quelques brins dans son jardin, et dans deux ans il pourra être utilisé.

Tresser des paniers était jadis plutôt une occupation masculine. Avant Continuer la lecture de Gorbeuilles, manoques et bazennes

Le Don de Dieu retrouve sa place

A Loix, le moment était attendu depuis quatre ans.

L’ex-voto avait été décroché lorsque les premiers travaux de restauration de l’église Sainte-Catherine avaient débuté. Après une cure de jouvence,la  frégate a été ré-installée le 22 décembre, dans l’église de Loix. Sur fond de bruit de vagues, elle a été suspendue au plafond dans la nef centrale.

Le Père Michel Cottereau l’a bénie devant des paroissiens plutôt émus :  » Rendons grâce à la personne qui l’a construite  » a t-il exprimé. Mais nul ne connait l’identité de cet homme, qui devait être marin et bien connaître le sujet pour en avoir réalisé aussi finement les détails : cordages, épissures, petits canons, canots de sauvetage… Le Don de Dieu, nom de ce bateau qui doit dater du XVIIIe siècle, est de retour à sa place, là où on l’a toujours vu. Généralement, un ex-voto mémore un voeu fait lors une maladie, d’un péril ou en remerciement d’une faveur divine obtenue.