PPRL, tous les Rétais sont concernés

Le Plan de Prévention des Risques Littoraux (PPRL), qui se met actuellement en place, et qui devrait être définitivement approuvé fin 2015, nous concerne tous : Rétais de souche, Rétais propriétaires, Rétais locataires, Rétais à l’année, Rétais résidents secondaires, jeunes Rétais tout comme nos Anciens, familles,  artisans, commerçants, étudiants, professionnels du service à la personne, professions libérales… et ce, du sud au nord de l’île de Ré.  

L’avenir se joue actuellement, et pas seulement d’un point de vue foncier ou financier. C’est aussi la défense d’un territoire dans lequel nous avons choisi de vivre et dans lequel j’ai choisi de vivre à l’année.  Mobilisation contre le futur PPRL

A voir les mille personnes présentes avant-hier soir lors de la réunion publique, au Bois-Plage, la mobilisation ne fait que commencer. Elle est celle des élus et de toute une population devant les incohérences liées à ce futur PPRL.

 

 

 

 

Nous savons tous, encore plus après Xynthia, que vivre sur l’île de Ré présente certains risques. Des plans communaux de sauvegarde ont été mis en place. La perspective de construction de digues a été accueillie avec soulagement, mais à quel horizon les verrons-nous?

Il y a une quinzaine de jours, des cartes de niveaux d’eau, modélisées par les services de l’Etat, ont été diffusées par les élus rétais. J’avoue avoir mis un certain temps à assimiler tout cela. C’est technique, il faut se concentrer pour intégrer tous les paramètres et demander des explications à ceux qui ont compris. Le point de départ est  une circulaire nationale, en date du 21 juillet 2011, qui concerne  l’ensemble du littoral français… 

Dans l’île de Ré, la réfection des digues, pourtant labellisées par l’Etat dans le cadre du PAPI (Plan d’Actions de Protection des Inondations), tarde à être réalisée du fait des procédures interminables. Ces digues ne sont pas prises en compte dans les simulations  puisqu’elles ne sont pas encore faites…  En plus, celles reconstruites solidement dans l’urgence de Xynthia, sont considérées « ruinées », leurs hauteurs sont en dessous du risque   Xynthia + 20 cm.   Et pire, pour les digues dites « pérennes », la modélisation prévoit qu’elles se brêcheront une heure avant la montée de l’eau. Cela paraît incroyable… et cependant la modélisation l’affirme !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Au plan de l’urbanisme, ces cartes ont des conséquences. Depuis leur sortie, le 11 juillet, aucun permis de construire, aucun aménagement de maison ne sont plus possibles, type une véranda, une extension, un chai, un étage, dans les zones dites impactées.  Même si ces cartes ne sont opposables juridiquement, elles sont opposables de fait, elles s’appliquent pour toute demande d’instruction de permis. Actuellement, les certificats d’urbanisme reviennent négatifs, en attendant la carte définitive des aléas, qui devrait sortir en septembre. Tout est figé et il semble que ce soit pour un bon bout de temps.

Ensuite cette dite « carte des aléas » préfigurera le futur PPRL. Beaucoup de questionnement. Quid des successions ? Comment évaluer le prix d’une maison avant et après ces cartes ? Sur quelle base doit-on régler le fisc ? Et qu’en est-il des parents qui ont légué à leurs enfants des terrains ? L’un a déjà fait construire et le second qui a attendu ne peut plus rien faire…, etc….

Au plan de la vie économique, les professionnels à l’année se font du souci, et il y a de quoi.

Premiers adhérents de l'association de professionnels à l'annéeUne association est en train de se créer. Vendredi, dans la salle, ses premiers adhérents arboraient un gilet jaune.  C’est tout un pan de l’économie rétaise à l’année qui risque de flancher, avec des conséquences pour tout le monde, dans la vie sociale, écoles et crèches entre autres. Même si le canton nord de l’île est le plus impacté, tout est lié. C’est d’ailleurs dans ce sens que les élus rétais ont témoigné de leur solidarité. 

Les maires sont intervenus tour à tour pour témoigner et dire leur engagement. L’ambiance était empreinte de solennité. Ars, Jean-Louis Olivier : « Le drame humain est à notre portée, il faut de la solidarité. Soyons responsables ensemble » – La Couarde, Patrick Rayton : « Pour nous c’est terminé. Nous sommes condamnés à ne plus avoir de projets dans le village. Dans cette histoire, on a oublié la place de l’homme. Nos parents ont vécu dans ces villages, nous nous battrons pour garder un espoir » – Sainte-Marie, Gisèle Vergnon : « Que deviendrait le canton sud sans le canton nord ? » et citant Camus : « Il est facile de s’indigner mais difficile de se révolter » – Saint-Martin, Patrice Déchelette : « C’est un scénario catastrophe. Nous comptons sur votre solidarité » – Rivedoux, Patrice Raffarin : « Il n’y a pas de commune plus impactée que d’autres, il y a un territoire menacé et fragilisé, une vie économique et une vie permanente mises à mal« . Léon Gendre, maire de la Flotte était absent.

Olivier Farloni, député de la Charente-Maritime est intervenu : « Je me pose des questions qu’il faut poser à l’Etat et au ministre, et je m’y emploierai : Doit-on imaginer un tel scénario catastrophe pour dessiner ces cartes ? A quoi bon investir des millions d’euros dans des ouvrages de protection à la mer si ces mêmes ouvrages doivent s’affaisser à la moindre tempête ? Le PPRL est-il abouti pour une stratégie de prévention ou est-il un rabot pour limiter l’urbanisation de l’île, telle qu’on le pense à Paris ? Quel est l’avenir du canton nord et de l’île de Ré en général, l’île est un tout« . Il a également demandé que les  conclusions de la mission Pitié sortent rapidement afin de permettre d’accélérer les procédures de construction des digues.

Concrètement, quelle est la suite ? On se pose tous la question. Que peut-on faire ?Demain

Un registre de signatures est ouvert dans les mairies. Vendredi soir, il se remplissait à grande vitesse. Il est aussi ouvert sur le site de la Communauté de Communes : http://www.cc-iledere.fr/wp-content/uploads/2013/07/petition.pdf

Registre de signaturesPar ailleurs, deux nouvelles réunions d’information sont programmées, lundi 5 août au Bois-Plage et jeudi 8 août à Ars-en-Ré.

2 thoughts on “PPRL, tous les Rétais sont concernés”

  1. merci Maryline pour cet article qui explique bien le danger qui nous attend si ces cartes restent applicables
    Il faut absolument que tous les gens signe la pétition à la mairie avant le 14 juillet.
    C’EST IMPORTANT POUR NOUS TOUS
    une pétition en ligne ce serait plus efficace!! si quelqu’un sait faire!!!!
    merci beaucoup

Laisser un commentaire